Tesla : Elon Musk va rester à la tête de l’entreprise

Véhicules
Le conseil d’administration de Tesla acte la rémunération exorbitante de son patron, Elon Musk. La fin d’un long feuilleton au sein de l’entreprise américaine. À la clé, un chèque de 56 milliards de dollars pour le puissant Musk.

Tesla accorde une rémunération pharaonique à Elon Musk

Le PDG de Tesla, Elon Musk, annonce que les actionnaires viennent d’approuver son plan de rémunération massif. Ainsi, malgré les nombreuses critiques, un accord est trouvé sur ce plan évalué à 56 milliards de dollars. Les actionnaires de Tesla viennent de s’exprimer par le biais d'un vote, dont les résultats officiels restent à confirmer. Cependant, Musk affirme sur X (anciennement Twitter) que les deux résolutions le sont à une large majorité. Le plan de rémunération de Musk repose sur des objectifs financiers et de performance précis. En effet, il prévoit des distributions d'actions sur une période de dix ans, en fonction de l'atteinte de ces objectifs. De fait, si ces objectifs sont atteints, Musk obtiendra une compensation totale de 56 milliards de dollars. Malgré les critiques, le conseil d'administration de Tesla soutient fermement ce plan, estimant qu'il est essentiel pour la croissance future de l'entreprise.

Les enjeux du vote

Pour assurer le succès du vote, Tesla vient de mener une campagne de mobilisation intense. En effet, le groupe a créé un site web dédié, votetesla.com. De plus, il multiplie les messages et publicités sur internet. Tesla va même organiser un tirage au sort permettant à certains actionnaires de visiter la méga-usine d'Austin en compagnie d’Elon Musk et du chef designer, Franz von Holzhausen. Malgré tout, les investisseurs institutionnels restent divisés sur la question. Certains, comme le fonds de pension des enseignants de Californie (CalSTRS) et le fonds souverain norvégien NBIM, votent contre le plan. En effet, ils le jugent excessif. Cependant, d'autres investisseurs individuels, représentant environ 40 % du capital de Tesla, sont plus favorables. La crainte de voir Elon Musk se détourner de Tesla en cas de refus du plan a pesé lourd dans la balance.