Ventes automobiles : en Europe, les voitures hybrides ont la cote

International
En avril dernier, les véhicules hybrides ont enregistré une forte hausse des immatriculations en Europe. Contrastant avec les ventes stagnantes des voitures électriques. Découvrez les raisons de ce succès et les chiffres clés du marché automobile européen.

Les hybrides non rechargeables en pleine ascension

Les voitures hybrides non rechargeables ont connu un véritable essor en Europe au mois d'avril. Elles ont représenté 29,1% des immatriculations, soit une augmentation de 33,1% par rapport à l'année précédente. Cette progression spectaculaire se reflète sur les principaux marchés européens comme l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne, atteignant près de 266.000 unités vendues. Le succès des hybrides peut s'expliquer par plusieurs facteurs. D'une part, ces véhicules offrent une alternative écologique intéressante sans nécessiter de recharges fréquentes. D'autre part, ils bénéficient d'une perception positive auprès des consommateurs, soucieux de réduire leur empreinte carbone tout en conservant une certaine flexibilité d'utilisation. Les deux jours ouvrés supplémentaires en avril 2024 par rapport à 2023 ont également contribué à cette croissance.

Les hybrides en hausse, l'électrique stagne

Globalement, le marché automobile européen a progressé de 13,7% en avril, avec près de 914.000 immatriculations. Cependant, cette croissance n'a pas été homogène. Si les ventes de voitures à essence ont également augmenté de 7,3%, leur part de marché a continué à reculer, atteignant désormais 36%. En revanche, les véhicules électriques n'ont pas réussi à maintenir le rythme. En France, en Belgique et aux Pays-Bas, les ventes de voitures électriques ont continué de croître. Cependant, en Allemagne et en Suède, la suppression des bonus à l'achat a freiné cette progression. En Italie, les ventes d'électriques ont même diminué. Ainsi, la part de marché des véhicules électriques est restée stagnante à 11,9%, bien en deçà des 14,6% observés en 2023.

Volkswagen en tête, Tesla en position difficile

Du côté des constructeurs, Volkswagen continue de dominer le marché européen avec une part de 25,7%, malgré une légère baisse de 0,4 point par rapport à l'année précédente. Le groupe a enregistré de bonnes performances non seulement avec sa marque principale mais aussi avec Skoda et Seat. Stellantis, le numéro deux, a vu sa part de marché reculer à 18,4%, malgré une forte hausse des ventes de Citroën. Renault-Dacia a également connu un bon mois d'avril, mais sa part de marché a légèrement diminué à 10,5%. Toyota, en revanche, a su tirer profit des reculs de ses concurrents, s'adjugeant 8,1% du marché depuis le début de l'année. En revanche, Tesla a vu ses ventes baisser de 4% sur les premiers mois de l'année, une performance qui contraste fortement avec la dynamique positive des hybrides.

La transition énergétique en question

L'avenir du marché automobile en Europe semble s'orienter vers une transition énergétique complexe. L'Union européenne a validé la fin des ventes de véhicules à moteur thermique d'ici 2035, ce qui pousse les constructeurs à innover et à investir dans des technologies plus écologiques. Cependant, les résultats d'avril montrent que les consommateurs restent prudents quant aux voitures électriques, probablement en raison des incertitudes économiques et des changements dans les politiques de subventions.