Voitures électriques : la Chine a inondé d’aides ses constructeurs

Véhicules

Depuis 2009, la Chine a investi plus de 215 milliards d’euros pour devenir un leader mondial dans l’industrie des voitures électriques.

Chine : des milliards pour une révolution électrique

L'investissement chinois dans les voitures électriques est sans précédent. En seulement 14 ans, Pékin a injecté 215 milliards d’euros pour propulser ses constructeurs nationaux au sommet de l'industrie mondiale. Ce soutien massif inclut des exonérations fiscales, des financements pour les infrastructures, et des subventions à la recherche et développement. Selon un rapport du Center for Strategic and International Studies, cette somme pourrait même être sous-estimée en raison des nombreuses incitations financières locales et régionales. Ce niveau de soutien dépasse de loin les investissements des autres pays, y compris les États-Unis, qui n'ont consacré qu'un milliard de dollars en 2024. Grâce à ces investissements, la Chine compte désormais environ 200 constructeurs spécialisés dans les voitures électriques. Cette prolifération a engendré une guerre des prix sur le marché intérieur. Cela a obligé les constructeurs chinois à proposer des véhicules à des tarifs extrêmement compétitifs. Ce phénomène crée des tensions commerciales avec les autres grandes puissances économiques, notamment l'Europe et les États-Unis. Le rapport du CSIS souligne que la surcapacité de production en Chine pourrait mener à une bulle économique, car la demande mondiale n'est pas encore suffisante pour absorber cette offre gigantesque.

La Chine produit trop

La surcapacité est l'un des défis majeurs auxquels la Chine doit faire face. Avec une production de batteries qui dépasse largement la demande, le risque de surproduction et de chute des prix est élevé. En 2023, chaque voiture électrique produite en Chine bénéficiait encore d'une subvention moyenne de 4 588 dollars, malgré une baisse par rapport au pic de 13 860 dollars atteint en 2018. Cependant, seulement une poignée de ces entreprises sont réellement rentables sans ces subventions. Face à cette compétition, l'Union européenne prend des mesures pour protéger son industrie. La Commission européenne envisage d'augmenter les droits de douane sur les voitures électriques chinoises jusqu'à 38,1%. En France, un "score environnemental" sera introduit pour restreindre les bonus écologiques aux véhicules produits de manière durable. Ces mesures pourraient entrer en vigueur dès juillet 2024, impactant des marques comme MG, BYD, mais aussi des véhicules produits en Chine par des constructeurs européens et américains comme Volvo, Mini, Tesla et Dacia.