Stellantis : son principal sous-traitant, MA France, placé en liquidation judiciaire

Business
L’entreprise MA France, sous-traitant de Stellantis, a été placée en liquidation judiciaire. L’usine d’Aulnay-sous-Bois, employant 280 personnes, cesse ses activités. Une décision aux conséquences lourdes pour l'industrie automobile et les employés.

MA France : une entreprise en cessation d'activité

MA France, basée à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, a été placée en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Bobigny. Cet équipementier, spécialisé dans l'emboutissage de pièces de carrosserie pour Peugeot et Citroën, employait 280 personnes. Une décision qui entraîne l'arrêt immédiat de ses activités, mettant en péril les emplois de nombreux salariés. Depuis le 17 avril, les employés de MA France étaient en grève pour tenter de préserver leurs postes. MA France est la propriété du groupe italien CLN. Elle produisait des pièces essentielles pour les petits utilitaires de Peugeot et Citroën, ainsi que pour Renault. Malgré une forte mobilisation, la cessation d’activité a été confirmée, laissant les travailleurs dans l'incertitude.

Les conséquences pour Stellantis et le secteur automobile

Par ailleurs, la liquidation de MA France a eu un impact majeur sur Stellantis. Le géant de l'automobile était le principal destinataire de 80% des pièces produites par MA France. Ce qui a entraîné l'arrêt de trois de ses usines pendant plusieurs semaines. Une situation qui met en lumière la dépendance de Stellantis vis-à-vis de ses fournisseurs locaux. Difficile d'assurer la continuité de la production dans de telles conditions... Stellantis a attribué cette liquidation à des problèmes de compétitivité et à des difficultés structurelles. Parmi elles, on retrouve l’augmentation des coûts des matières premières, de la main-d'œuvre et de l'énergie. Les syndicats ont par ailleurs critiqué la stratégie de délocalisation de Stellantis. Le groupe prévoit de transférer l'assemblage de ses nouveaux utilitaires dans une usine en Turquie dès 2025. Et l’emboutissage sera désormais pris en charge par d'autres usines du groupe en Europe, selon un porte-parole de Stellantis.

Des perspectives incertaines pour les salariés

La décision de mettre MA France en liquidation a suscité de nombreuses réactions. Des députés LFI ont demandé l'intervention du préfet de Seine-Saint-Denis pour établir un dialogue avec les salariés. Le ministre de l’Industrie, Roland Lescure, a également exhorté Stellantis et Renault à soutenir les employés de MA France durant cette période difficile. La fermeture de la dernière usine automobile en Seine-Saint-Denis représente un coup dur pour l'économie locale. Les perspectives d'avenir pour les 280 salariés de MA France restent floues. Cette situation appelle à une réflexion sur la durabilité des emplois industriels en France et sur le soutien nécessaire pour les travailleurs touchés par ces bouleversements économiques.
Mots-clés :


Commentaires

No Comments