Voiture électrique : Tesla supprime son service de superchargeurs

Véhicules
Personne ne l'avait vu venir : Tesla vient de licencier l'ensemble des membres de son équipe de son service de superchargeurs, dont sa directrice Rebecca Tinucci.    

Tesla licencie les 500 employés de son service de superchargeurs

Dans une manœuvre inattendue, Tesla a annoncé la suppression de son service de superchargeurs, entraînant le licenciement de 500 employés dédiés. Une vague de licenciement à laquelle même la directrice générale du service, Rebecca Tinucci, n'a pas pu échapper, cette dernière ayant pourtant grandement œuvré pour le déploiement du réseau de superchargeurs Tesla aux États-Unis et à travers le monde. Cette décision est d'autant plus surprenante que Tesla avait réussi à imposer son port de charge NACS comme le nouveau standard en Amérique du Nord et avait reçu 17 millions de dollars de subventions fédérales pour l'aider à développer son réseau.  « Tesla prévoit toujours de développer le réseau de Superchargeurs, mais à un rythme plus lent pour les nouveaux sites » précise Elon Musk. Il s'agit donc d'une énième vague de licenciements pour Tesla, qui a déjà réduit de 10 % ses effectifs, soit 14 000 employés à travers le monde. Tesla semble désormais privilégier le développement de nouvelles technologies, telles que l'intelligence artificielle et les projets de robotaxis, plutôt que de continuer à investir dans ses superchargeurs qui sont pourtant le principal atout du constructeur automobile.  

Un plan de restructuration drastique dû a une baisse des ventes

  Comme l'avait annoncé Elon Musk aux cadres exécutifs de Tesla dans un email : « Il est à espérer que ces actions montrent clairement que nous devons être absolument intransigeants en matière de réduction des effectifs et des coûts. » Le leader de la voiture électrique traverse en effet une période de turbulence suite à la concurrence accrue sur le marché des voitures électriques, avec notamment l'arrivée du constructeur chinois BYD qui a temporairement réussi à lui voler la première place du podium en 2023. La concurrence accrue a eu un impact direct sur les ventes de Tesla, qui ont chuté de 20% en Europe entre le mois de janvier et mars 2024, et de 8,5% au niveau mondial sur cette même période. Cette baisse des performances de ventes a également poussé le constructeur automobile à réduire les prix de vente ses véhicules, notamment de la Model 3 en France, qui a été abaissé de 3 000 euros à 39 990 euros.