Départs en vacances : une grève annoncée sur les autoroutes

Aide a la conduite
La grève annoncée par la CFDT des Autoroutes du Sud de la France (ASF) intervient à un moment stratégique, alors que des milliers d'automobilistes se préparent à prendre la route pour les vacances d'été. Prévue du 4 au 7 juillet 2024, pile pour le premier week-end de départs, la grève risque de perturber fortement la circulation sur l'un des réseaux autoroutiers les plus empruntés de France.

La CFDT annonce une grève sur les autoroutes de ASF

Les Autoroutes du Sud de la France, ou ASF, font partie du groupe Vinci Autoroutes, l'un des principaux acteurs privés dans la gestion des infrastructures autoroutières en Europe. ASF exploite plus de 2 500 kilomètres d'autoroutes, incluant des axes stratégiques comme l'A7 (Autoroute du Soleil) et l'A9 (La Languedocienne), reliant des régions clés et facilitant le flux touristique et commercial. La grève a été initiée par la CFDT, le syndicat majoritaire chez ASF, en réponse à des revendications salariales et à des conditions de travail jugées insatisfaisantes. Les employés demandent une augmentation de leurs salaires pour faire face à l'inflation et une amélioration des conditions de travail, notamment en matière de sécurité et de gestion des flux de trafic.

À quoi faut-il s’attendre sur les autoroutes ce premier week-end de juillet 2024 ?

La grève coïncide avec le début des vacances d'été, une période traditionnellement marquée par un trafic intense sur les routes. Les autoroutes gérées par ASF, en particulier les axes reliant le nord au sud et l'est à l'ouest de la France, voient leur affluence tripler, rendant toute perturbation particulièrement impactante. Les usagers doivent s'attendre à des perturbations importantes, avec des bouchons prévus aux abords des péages et des ralentissements sur les principales artères autoroutières. Les automobilistes sont invités à suivre les bulletins de trafic en temps réel et à envisager des itinéraires alternatifs pour éviter les zones les plus touchées.
Mots-clés :


Commentaires

No Comments